fbpx
beach-volley

Suis-je dans une relation toxique ?

Il faut parfois du temps pour se rendre compte que l’on est dans une relation toxique. Je m’intéresse aux relations toxiques amoureuses, mais il y a aussi des relations toxiques professionnelles, amicales ou familiales. Quand on ne se sent pas bien avec quelqu’un, ou qu’une histoire se termine, c’est souvent plus facile et confortable d’estimer que cela est de la faute de l’autre. J’aime de moins en moins parler de manipulateur, car cela me donne un statut de victime. Je préfère me dire que j’ai vécu dans une relation toxique et que j’ai ma part de responsabilité. En effet, si je n’avais pas toléré un comportement, si je m’étais respectée et écoutée et si j’avais arrêté de « jouer » immédiatement, l’expérience n’aurait pas duré.

Or, elle dure et elle dure et ton corps t’envoie des alertes, tu as des intuitions que tu n’écoutes pas car tes peurs sont trop grandes. Je t’invite, si tu te reconnais, à ne pas te juger. C’est ok si tu ne trouves pas encore la force de tout voir. Cela demande parfois beaucoup de temps de passer à l’action.

C’est le travail sur moi qui m’a sauvé. En effet, j’étais en mode victime perpétuelle du type : « je ne tombe que sur des manipulateurs ». Mince alors, pas de chance ! Et ben non ! Ce n’est pas une question de chance, mais de blessures non considérées, de besoins tus, d’ambition par rapport au bonheur, diminuée.

Mes comportements dans une relation toxique

  • je me demande si je suis dans une relation toxique, ce qui n’est pas bon signe. En effet, lorsqu’on est dans un fonctionnement sain, on ne se pose pas la question de savoir si notre relation est toxique ou pas ;
  • mon corps me le dit : je ne respire pas le bonheur, j’ai mal au dos, j’ai mal partout, je suis irritable ;
  • je n’ai pas confiance en moi, je me remets en question très souvent et j’y vois flou ;
  • je ne me reconnais pas : je deviens irritable, j’ai envie de hurler, je sens de la colère et de la violence en moi ;
  • mon entourage me le dit (mais je préfère ne pas l’écouter) ;
  • je me fais des nœuds au cerveau : j’entretiens de jolies conversations entre mon mental et mon ego. Or, un vrai désir est simple et ne s’argumente pas. Je me mets à penser à la place de l’autre et à adapter mon comportement pour ne pas le froisser, pour qu’il soit aimable, pour ne pas provoquer de crise ;
  • mon avis et mes envies ne sont pas pris en considération et je l’accepte pour ne pas faire d’histoire et être gentille, ou ne pas passer pour une personne égoïste ;
  • je m’adapte, je me suradapte et à force je ne sais même plus qui je suis, ce que j’aime, ce que je veux dans la vie. 

Pourquoi j’agis comme ça ? 

  • en tant que femme, on a souvent tendance à vouloir materner l’autre. C’est un peu comme si on se sentait responsable de l’humeur et des besoins de tous (enfants, conjoint, amis, famille, collègues). Dans l’inconscient collectif, la femme a le devoir de faire en sorte que tout aille bien pour tout le monde et d’abord les autres avant elle ;
  • à force de vouloir le bonheur des autres sans s’écouter, que se passe-t’il ? Eh bien on s’oublie ! On se dit qu’il est normal que l’on passe après et que l’on se serve une fois que tout le monde est servi (même si on a fait la cuisine par exemple…) ;
  • de cette habitude naît une croyance : je m’occupe des autres et ils m’aiment en retour (ou dans une relation toxique, ils ne me font pas de mal). Je suppose dès lors que si j’arrête de faire passer les autres en priorité, on ne va plus m’aimer, ce qui serait dramatique par rapport à ma blessure du rejet ou de l’abandon. Donc mon ego me demande de ne pas prendre ce risque ; 
  • mon affirmation est un danger et je la vois comme quelque chose de violent, alors qu’en fait, elle peut se faire en douceur. 

Comment en sortir ? 

  • prendre conscience de mes besoins (au lieu de me focaliser sur mes peurs) ;
  • apprendre à exprimer mes besoins avec la Communication Non Violente et ne pas faire de supposition par rapport à ce que dit l’autre. Si tu as l’impression que la personne en face n’est pas du tout réceptive, il n’y a pas grand chose à faire. Les médiations face à de grands orateurs peuvent être des pièges, car on se retrouve encore dans une relation de pouvoir et on a tendance à accepter des choses pour ‘être sympa’ ;
  • me respecter : je me demande ce qui est juste pour moi et j’agis sans peur, mais par amour de moi ;
  • m’entourer, demander de l’aide, m’inspirer par des lectures ou des témoignages ; 
  • prendre soin de moi : sophrologie, thérapie, coaching… Quand tu commences à te faire passer en priorité et à investir en toi, tu te donnes vraiment les moyens de t’en sortir.

C’est OK de sortir d’une relation petit à petit, de faire des essais et même d’y rester très longtemps. Tu en sortiras quand tu seras prête et que tu auras le déclic. Je t’invite juste à écouter ton corps le plus possible, car il risque de te le faire payer si tu ne le fais pas.

Par rapport aux peurs, je te conseille cette vidéo :

Tu es maman solo et tu as l’impression d’être encore dans des relations toxiques ? C’est peut-être le bon moment pour te débarrasser de certains réflexes et gagner en légèreté, non ? Voici mon offre de coaching 🎉

Reçois les 5 erreurs à éviter lors d’une séparation en cliquant Ici.

Je t’invite à me suivre sur  Instagram  (@lea_se_separe) ou sur Facebook pour que l’on reste en contact !

Plus d’articles qui pourraient t’intéresser :

Pourquoi travailler sur soi ?

Comment se remettre d’une rupture ?

Comment se séparer d’un manipulateur ?

N’HÉSITE PAS À PARTAGER CET ARTICLE OU A M’ECRIRE  POUR ECHANGER SUR CE SUJET:

contact@lea-se-separe.fr

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur pinterest
Pinterest

Une réponse

  1. Merci pour cet article dans lequel j’ai retrouvé tout ce que j’ai pu faire et ressentir durant la relation conjugale à laquelle j’ai réussi avec beaucoup de soulagement à mettre fin.
    Difficile encore de comprendre comment j’ai pu être cette femme qui a pu vivre si longtemps avec ces sentiments sans s’écouter.
    Mais, en effet, un jour, le déclic arrive et l’on parvient enfin à faire ses propres choix. 😌

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je te souhaite la bienvenue sur mon blog ! Je suis  Talina, hypersensible passionnée par les voyages, la mer, le développement personnel et en quête d’authenticité, de plaisir et de sérénité ! Je m’intéresse à tous les enjeux de la relation à l’autre et notamment la relation amoureuse mais aussi et surtout la relation avec soi. Comment gérer mes émotions d’hypersensible et devenir ma meilleure amie ?

 

En savoir plus sur moi

Rejoins une communauté de mamans solos positives rassemblées pour s’entraider et avoir des clés pour vivre au mieux leur séparation